entre deux éclats
4 octobre 2013



c’est haut.

parfois, entre deux bruits, deux éclats.

et toujours, comme une rumeur, du vent mouillé, par rafales.

je tends les bras, loin, pour mieux voir.

c’est noir.

j’attends dans le froid (il ne fait pas froid), dans la pluie, dans tout ce qui remue, seulement pour cela : parfois, entre deux bruits, deux éclats.

je ne savais pas que les éclairs courraient le long du ciel, à l’horizontal, comme d’un bout à l’autre du couvercle : comme sur des gouttes le long d’une vitre.

je ne savais pas que c’était en même temps que le ciel se fissurait.

juste avant, les éclairs par dizaines et le bruit, le bruit ; juste après, les éclairs par dizaines et le bruit, plus de bruit encore.

maintenant c’est encore le tonnerre et les éclairs, dans le désordre : c’est tant qu’on ne sait plus vraiment si le tonnerre précède ou suit les éclairs, je cherche le ciel et où il commence : c’est sitôt que mes mains tendues vers lui se pose sur la pluie et le vent.

arnaud maïsetti - 4 octobre 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_ciels _films _lumière _nuit _visions continues