Max Richter | November
11 octobre 2013




je me souviens de la table de verre posée à côté de la fenêtre, et la toupie qui tournait tournait tournait encore à la merveille

je me souviens qu’il avait fallu pleurer contre le film, incapable qu’il était de répondre du jour qu’il faisait, et pourtant ; il disait ce qu’il fallait traverser, et dans la musique de novembre, au printemps que l’on attend tellement (l’ouverture qu’il fait danser dans les corps quand il donne au corps l’ouverture qu’il faut pour se dresser dans le jour de ce corps, dehors, comme d’un arbre vers le sol et le ciel à la fois, vers ce qui s’offre de l’autre à neuf, et de soi neuf aussi, désir pur), novembre ici inexplicablement

alors pour novembre qui s’annonce dès octobre, bouleverser les saisons et les images et les toupies encore et les musiques, mars, avril, sur la plaine de neige pleine de neige, rejoindre les chaleurs des villes brûlantes, couvertes de canaux pour la soif, et pour le désir, et tout commencer de nouveau comme chaque jour, ce jour.


arnaud maïsetti - 11 octobre 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_désir demeuré désir _joie & douleur _Max Richter _merveille