DADA | « et doré de corps d’archanges, de son âme »
5 novembre 2013



(Réconcilier l’art et la vie)


DÉGOÛT DADAISTE

Tout produit du dégoût susceptible de devenir une négation de la famille, est dada ;

protestation aux poings de tout son être en action destructive : DADA ;

connaissance de tous les moyens rejetés jusqu’à présent par le sexe publique du compromis commode et de la politesse : DADA ;

abolition de la logique, danse des impuissants de la création : DADA ;

de toute hiérarchie et équation sociale installée pour les valeurs par nos valets : DADA ; chaque objet, tous les objets, les sentiments et les obscurités, les apparitions et le choc précis des lignes parallèles, sont des moyens pour le combat : DADA ;

abolition de la mémoire : DADA ;

abolition de l’archéologie : DADA ;

abolition des prophètes : DADA ;

abolition du futur : DADA ;

croyance absolue indiscutable dans chaque dieu produit immédiat de la spontanéité : DADA ;

saut élégant et sans préjudice d’une harmonie à l’autre sphère ; trajectoire d’une parole jetée comme un disque sonore cri ;

respecter toutes les individualités dans leur folie du moment : sérieuse, craintive, timide, ardente, vigoureuse, décidée, enthousiaste ;

peler son église du tout accessoire inutile et lourd ; cracher comme une cascade lumineuse la pensé désobligeante ou amoureuse, ou la choyer — avec la vive satisfaction que c’est tout à fait égal — avec la même intensité dans le buisson, pur d’insectes pour le sang bien né, et doré de corps d’archanges, de son âme. Liberté : DADA DADA DADA ;

hurlement des douleurs crispées, entrelacement des contraires et de toutes les contradictions, des grotesques, des inconséquences : LA VIE.


arnaud maïsetti - 5 novembre 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_dada _pages _politiques & commune _vies