en arrière de soi la ville
4 janvier 2009


Tentative d’épuisement d’un lieu en mouvement

De la ville en arrière, ne reste que des traces — non : De la ville laissée en arrière de soi, ne reste que sa trace — non : De la ville restée en traces derrière, rien n’émerge que moi — non : Des traces de la ville émergées en arrière, seules traces de soi ne demeure rien — non : De soi même laissée en arrière de la ville, n’émerge qu’une seule demeure de la ville, rien d’autre — non : Des restes en arrières d’une ville laissée en soi, n’en demeure pas moins seule — non : De soi resté en arrière de la ville demeurée, ne reste que la trace émergée — non : De l’arrière demeuré vide émergé en soi, ne reste qu’une ville seule — non : De soi même seul laissé en arrière de soi, ne demeure qu’une trace de soi même en ville — non : De ma ville émergée en moi, ne demeure qu’en arrière de soi la seule trace vide — non : Du vide laissée par la trace de la ville laissée en arrière, ne demeure que soi — non :
































arnaud maïsetti - 4 janvier 2009

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu