plus que tout
30 décembre 2014




Yeux, lacs avec ma simple ivresse de renaître
Autre que l’histrion qui du geste évoquais
Comme plume la suie ignoble des quinquets,
J’ai troué dans le mur de toile une fenêtre.

Mallarmé, Le Pitre Châtié

Avec le froid, la ville s’accélère — le pas plus pressé dans les manteaux plus lourds, les mains dans les poches plus fermement appuyées comme le pas sur le sol qu’on voudrait enfoncer davantage — et ralentit, l’anesthésie des coins de rues qui ne connaissent que de l’ombre aux angles morts plus morts encore, rues que l’été on cherchera mais qu’on fuit pour l’heure, qu’on abandonne à l’ombre qui gèle sur place ; et le ciel même est cette couleur bleu passé, presque transparente à force peut-être de lever les yeux vers lui sans rien voir que du vent et quelques cris d’oiseaux invisibles, le rose le soir qui n’est qu’une nuance plus transparente du bleu. Dans le bureau, tout ce froid est derrière la vitre quelque chose de possible qu’on maintient à distance, et quand le soir tombe, c’est tant pis pour lui.

Mais on ne reste pas plusieurs jours dedans ; il y a, au dehors, parfois, des tâches qui ne laissent pas longtemps comme ces rues à l’ombre — alors on s’équipe de près. À la radio, on annonce les premiers morts de froids : ce doit être réflexe de journalistes, comme ils feront le tour des feux d’artifice dans quelques jours. Comme s’ils faisaient semblant de croire qu’on ne meurt pas aussi aux beaux jours, dehors — qu’on meurt davantage le printemps, même. Comme s’ils pensaient vraiment que des hommes pouvaient mourir de froid, alors qu’ils meurent de pauvreté et d’oubli. Dehors, il faut choisir le bon trottoir pour marcher : celui qui laisse passer encore le soleil ; il faut ruser, franchir, tirer des bords. Le froid est une autre manière de regarder la ville : comme en dessous. Journal qui voudrait noter ces façons, et qui échouerait. Cette fois, c’est tant pis pour moi. Au passage, ce message personnel rue du Rouet, rendu public : ou peut-être est-ce le contraire ? La fenêtre fermée, condamnée, le mur près de s’effondrer, relève sans doute de part en part de la rage et de la tendresse — et le rythme de cette vieille femme, qui traverse l’image, sa lenteur apposée à la vitesse du graf, peut-être comme une consolation : la ville dehors devenait de plus en plus froide et j’étais en retard.


arnaud maïsetti - 30 décembre 2014

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_amour _froid _Journal | contretemps _la rue _Marseille _murs _Stéphane Mallarmé _ville