Alain Bashung (Bataclan 2003) | « Sommes-nous la sécheresse, ou la vaillance »
18 novembre 2015



Bataclan. Tournée des Grands Espaces. 2003.
Oui, ce soir : Bashung, d’évidence.

Sommes-nous ? Sommes-Nous.

À la sécheresse, opposons la vaillance : et à la vaillance, préférons simplement la force d’être le dernier coquelicot.



Sommes-Nous, Alain Baschung


J’ai tambouriné tambouriné Au seuil de sa bonté Un judas m’a lorgné Et j’ai pris l’hiver en grippe

Seul m’ont laissé
Les jouets par milliers
Seul m’ont laissé
Tes avances

Sommes-nous la sécheresse
Sommes-nous la vaillance
Ou le dernier coquelicot

J’ai décimé décimé
Des armées de répondeurs
Occupés à se dire
Mes naufrages au saut du lit

Seul m’ont laissé
Nos héros préférés
Seul m’ont laissé
Nos absences

Sommes nous des gonzesses
Sommes-nous de connivence
Ou le dernier coquelicot

Terre promise

Redis-moi ton nom
Dis-moi en face
Que tout s’efface

Sommes-nous la noblesse
Sommes nous les eaux troubles
Sommes-nous le souvenir

J’ai commandé décommandé
De mes yeux la prunelle
Balancé les jumelles
Pour ne garder que le flou

Seul m’ont laissé
Les passions immortelles
Seul m’ont laissé
Nos offenses

Sommes-nous la sécheresse
Sommes-nous la romance

Sommes-nous la sécheresse
Sommes-nous la noblesse

Sommes-nous les eaux troubles
Sommes-nous le souvenir

Sommes-nous
Sommes-nous ...


arnaud maïsetti - 18 novembre 2015

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_À la musique _Alain Bashung _deuil _joie & douleur _tendresse _vies des morts