Michel Lambert | Par mes chants
5 décembre 2015



Mille six cent quatre-vingt neuf

(et merci à Jéremie Scheidler)



Par mes chants tristes & touchants (tristes et touchants),
Vous connaissez Iris la douleur (la douleur) qui me presse ;
Par mes chants tristes & touchants (tristes et touchants),
Vous connaissez Iris la douleur (la douleur) qui me presse ;
Mes ennuis sont cruels, rien ne peut les bannir,
Et je ne chante pas pour charmer ma tristesse,
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mes ennuis sont cruels, rien ne peut les bannir,
Et je ne chante pas pour charmer ma tristesse,
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mais plutôt pour l’entretenir.

La langueur
Règne dans mon cœur,
Règne dans mon cœur,
Et je n’espère pas que jamais (que jamais) elle cesse :
La langueur
Règne dans mon cœur,
Règne dans mon cœur,
Et je n’espère pas que jamais (que jamais) elle cesse :
Mais j’aime ce tourment que rien ne doit finir
Non je ne chante pas pour charmer ma tristesse,
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mais j’aime ce tourment que rien ne doit finir
Non je ne chante pas pour charmer ma tristesse,
Mais plutôt pour l’entretenir.
Mais plutôt pour l’entretenir.


arnaud maïsetti - 5 décembre 2015

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_douleurs _Michel Lambert _musique _musiques _pages _voix