Hong Kong #2 | Ville Monde d’en bas
18 janvier 2016



le 14 octobre 2015

et le jour, et jusqu’au soir, c’est la ville profonde. Plus on s’enfonce en elle, plus les immeubles sont haut ; plus on semble à ses pieds, loin. Les reflets du ciel sur les vitrines des immeubles se répondent, et les échos fabriquent cette étrange masse uniforme, hurlante et vibrante. On n’entend plus les hurlements sourds de Bruce Lee. Le matin, c’est l’Occident, ses banques et ses verticales. Dans la journée, c’est la Chine, les marchés, les ruelles, les corps. Entre les deux, c’est des routes larges comme des fleuves, et un bras de mer qui semble écarter et relier deux mondes d’un seul mouvement. Là, on se tait lentement ; il faut avancer et se taire, et regarder, et à bout portant de ce réel qui se dresse, prendre des photos comme on prend des coups dans l’enchevêtrement d’affiches et de panneaux griffés d’une langue qui se crie.

























































































arnaud maïsetti - 18 janvier 2016

Tweet




arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_aura & ailleurs _Départ & voyage _foules _Hong Kong _murs _villes