La Ville écrite | perpétuellement ici
22 janvier 2017


Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

Baudelaire

Contre les lâchetés des ailleurs, contre la fuite en avant des herbes plus vertes, contre le courage fuyons des aventuriers, contre la splendeur des bateaux à voile, contre la folie magnifique des explorateurs enfoncés dans les forêts vierges, contre les coups de machettes à droite et à gauche qui inventent dans le nulle part des chemins droits vers les cités perdues — réclamons le droit aux combats à nos portes, le devoir de l’ici et maintenant qui réinventeront le monde, et d’abord celui-là qui sous nos pieds roule et nous conduit vers d’autres points de départ.


arnaud maïsetti - 22 janvier 2017

Tweet




arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_la rue _La ville écrite _le monde qui va _Paris _un bout de notre monde _ville _voyage