La Ville écrite | il n’y a point d’interrogation
18 juin 2017


Cours Julien, Marseille

Si on lui demande pourquoi il a pris la solitude pour compagne, ses yeux se lèvent vers le ciel, et retiennent avec peine une larme de reproche contre la Providence ; mais, il ne répond pas à cette question imprudente, qui répand, dans la neige de ses paupières, la rougeur de la rose matinale.

Lautréamont, Les Chants de Maldoror

Questions que la ville pose comme un corps en terre ; questions qu’elle lance dans un sens puis dans l’autre ; questions qui n’ont besoin de mot ni d’homme pour la porter ; questions qui seraient son seul langage ; questions qu’à soi-même on n’oserait pas sous peine de ; questions de style ; questions de désirs ; questions comme on monte dans la chambre au dernier étage de l’immeuble et soudain la veilleuse s’éteint ; questions comme on relirait son agenda des années passées comme celui d’un autre, d’un autre qui aurait à vivre ; questions comme deux mains perdues l’une sur l’autre ; questions comme l’espérance sans rien attendre d’elle ; questions ici et là ; questions comme un cri de ralliement ; questions pour résister à l’art de répondre ; questions comme de l’anti-politique ; questions pour ne pas avoir à faire avec Dieu et ses créatures ; questions comme avant la réponse aux tu m’aimes de la vie ; questions qui ne voudraient pour rien au monde répondre ; questions qui répondraient : plutôt mourir ; questions qui s’échappent ; s’oublient — un mensonge alors sans doute — ; questions comme passent les anges ; questions auxquelles tu répondrais je dois réfléchir , laisse-moi le temps ; questions qui diraient le temps et l’oubli ; questions que la ville pose comme on pose une cigarette ; questions qu’elle lance sur nous pour nous éblouir ; questions qu’au désir on jette comme un drap sur le lit le matin ; questions suspendues au-dessus du sol et se balancent sur sa corde ; questions tête en bas ; questions à corps perdus ; questions en pure perte ; questions où es-tu avec qui et quand comment ; questions qui diraient le monde tel qu’il n’existe plus ; questions qui trouveront la réponse au milieu des combats ; questions de classe, d’ignorance ; questions comme un visage ; questions comme ton visage.


arnaud maïsetti - 18 juin 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_désir demeuré désir _La ville écrite _Lautréamont _Marseille _murs _ville