Le Prince, Bataille et la Part maudite
5 juillet 2017



« Mais il faudra trouver aussi, pour ce que Georges Bataille appelait,
notre « part maudite », une place, une considération, une vraie réponse enfin »

Emmanuel Macron, 3 juillet 2017



Ainsi, en séance plénière du Parlement assemblé sous les ors du Pouvoir convoqué par le Prince, on aura entendu résonner le nom de Georges Bataille, et sa part maudite, jetée comme un autre slogan.

On s’est alors souvenu que La Part Maudite est un traité d’économie fulgurant, qu’il repose sur ce qui demeure enfoui en nous, cette énergie terrible et vitaliste menée jusqu’à la mort. On s’est demandé le rapport avec la part de marché, avec la finance équitable évoquée dans le même discours comme un autre slogan, avec la régulation des marchés financiers.

On a douté un temps d’avoir bien entendu. Ainsi le rôle de l’État bienveillant serait de ménager une place aux délaissés de la société, aux rebuts, aux petits, aux riens qui traversent les gares sans doute pour attendre le prochain train déjà parti, ou peut-être pour grimper en marche dans un RER surpeuplé ? Ainsi la part maudite serait en même temps intégrée au corps social, qui chercherait à l’apaiser, à l’intégrer, à l’absorber pour la réduire voire l’effacer ?

On a replongé dans le texte, ce moment où s’opère cette féroce distinction entre deux parts de l’activité économique.

« La première part est représentée par l’usage du minimum nécessaire, pour les individus d’une société donnée, à la conservation de la vie et à la continuation de l’activité productive : il s’agit donc simplement de la condition fondamentale de cette dernière. »

– ce serait cette part austère, que gèrent les États depuis la Grèce antique, jusqu’à la Grèce contemporaine, sans qu’on ait fait beaucoup de chemin.

Et il y a l’autre part

« représentée par les dépenses dites improductives : le luxe, les deuils, les guerres, les cultes, les constructions de monuments somptuaires, les jeux, les spectacles, les arts, l’activité sexuelle perverse (détournée de la finalité génitale) représentent autant d’activités qui, tout au moins dans les conditions primitives, ont leur fin en elles-mêmes . »

Et on rêve, devant ces parts improductives – les exemples de Bataille sont aussi sublimes que terrifiants : ainsi des Jeux à Babylone qui engloutissaient une très large partie des richesses de la Cité. On rêve, oui, d’une réponse de Georges Bataille, prenant la parole à l’issue du discours pour lancer en retour, au nom de l’excès même pour lequel il plaidera toute sa vie :

« la lutte de classes devient la forme la plus grandiose de la dépense sociale lorsqu’elle est reprise et développée, cette fois au compte des ouvriers, avec une ampleur qui menace l’existence même des maîtres . »

Ou bien, constatant la maîtrise du discours de ce maître des horloges, Bataille aurait lâché, peut-être :

« je ne puis regarder comme libre un être n’ayant pas le désir de trancher en lui les liens du langage ».

Alors, on relit incrédule ce traité de la dépense publié en 1949, cette exploration des pulsions des forces intérieures, du désir quand il excède tout, qu’il est dépense absolue, et perte, folie somptuaire. On relit et on est devant ce moment de l’histoire où Bataille aura pensé l’économie depuis l’individu contre la structure, ces puissances qui le traversent et le gouvernent, ces forces qui outragent. Ce court texte improductif, qui place au centre la part maudite de la pulsion érotique, soit : « l’approbation de la vie jusque dans la mort ». Le contraire de l’esprit de synthèse, qui voudrait tenir en même temps de Bataille et du marché.

À la tempérance et à la bienveillance soucieuse du Pouvoir, Bataille n’aurait eu qu’une pensée à offrir, une autre pensée : « jamais si rigoureuse que dans la violence, dans le saut, l’élan qui l’emporte au-delà du sérieux . » Voici ce qu’il aurait dit peut-être, en réponse, si seulement il avait pris la peine de la formuler. Mais quand le discours s’est achevé, on n’aura entendu de réponse de personne, ni de Bataille ni d’aucun, dans cette salle où résonne encore, peut-être, comme un malentendu, l’écho perdu de la part maudite.

arnaud maïsetti - 5 juillet 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Georges_Bataille _Interventions _le pouvoir _politiques & commune