La Ville écrite | interdie
21 août 2017



Les murs sont à une provocation : à la faute, par exemple ; ou à l’insurrection : die pourrait tout aussi bien être l’infinitif de mourir que le définitif de vivre – entre soi et la ville, il y aura toujours de tels murs sur lesquels s’appuyer et de tout son corps dire ce qu’il faut dire, entre soi et les autres, l’inter-dit des silences et des cris, sine die ou poste restante : les murs n’ont pas d’oreilles, mais des lèvres ouvertes en deux pour dire ce qui ne se dit pas ni ne s’écrit ou ne s’écrie, pour désirer encore s’ouvrir en deux et dire et faire ce qui est interdit comme par exemple dire et faire ce qui est interdit : la perversion de la langue est le premier pas dans la vérité de ce monde.


arnaud maïsetti - 21 août 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Fiction _La ville écrite _Marseille _murs _ville