Georges Bataille | Une vie, une œuvre, de Roland Auguet et Christiane Mallarmé, 1985
21 novembre 2017



Émission Une vie, une œuvre, du dimanche 21 février 1985, « Georges Bataille (1897-1962) : Rien ne veut rien dire », par Roland Auguet et Christiane Mallarmé.



Présentation par Roland Auguet

Georges Bataille. Une des clefs biographiques de son œuvre nous est donnée à la fin de Histoire de l’œil, lorsque l’auteur, un des premiers intellectuels de sa génération à se faire psychanalyser, nous révèle quelques traumatismes de son enfance, entre un père monstrueusement imposteur et une mère devenue folle.

L’autre clef de cette œuvre, dont l’essentiel fut écrit après 1945 et jusqu’à la mort de l’auteur en 1963, a été sans nul doute les rapports d’amitié multiples et profonds que Georges Bataille noua non seulement avec des écrivains comme ceux du groupe surréaliste, mais avec des spécialistes d’un grand nombre de disciplines, à commencer par Michel Leiris et Alfred Métraux. Cette soif d’échange et de communication explique comment ce bibliothécaire tranquille, qui aurait pu devenir un exégète officiel, devint l’animateur de revues comme Documents ou Acéphale et un des fondateurs du Collège de sociologie, et par là même fut au carrefour de la vie intellectuelle d’avant-guerre.



Avec :
— Marie-Claire Dumas, professeur à la Sorbonne
— Marc Guillaume, économiste
— Jean Jamin, ethnologue
— Dominique Lecoq, président des Amis de Georges Bataille
— Francis Marmande (université de Lyon).


arnaud maïsetti - 21 novembre 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Chantier critique _Georges_Bataille _littérature monde _silence _solitudes _vies des morts