Marseille - Beyrouth | Par dessus le ciel
16 décembre 2017


Marseille-Beyrouth via Paris — et via toutes les terres entre Marseille et Beyrouth. Le téléphone — qui sait tout, qui sait trop — m’indiquera parfois le nom du lieu en légende de la photo : Roumanie, Serbie, et même des villes inconnues : Altstätten, Raski, jusqu’à Jabal Lubnan. Mais je n’aurai pas quitté l’avion. Sans y mettre un pied, j’aurai vu ces pays, ces villes, je les aurai traversés. Je repense au Lotissement du ciel de Cendrars. Je passe le trajet le front posé sur la vitre — le ciel change chaque minute. Ici, il fait toujours beau : on est au-dessus des nuages, au-dessus du ciel peut-être, ou au fond de lui. Pendant le retour, la nuit, j’apercevrai des étangs éclairés avec science, méticulosité, géométrie, main de l’homme : au-dedans des villes, on est dans le désarroi des choses lâchées en désordre autour de soi, les rues, les impasses, labyrinthes. D’en haut, non. D’en haut, on voit la science, la main de l’homme sur chaque chose posée, méticuleusement. D’en haut, je verrai cela, et d’autres choses encore : comme de la poudre, la neige ; comme de la brume que recouvre la brume, ou comme — par instant —, le ciel quand on le voit depuis le ciel.


Aller

Marignane




Roissy






Retour

Beyrouth


















arnaud maïsetti - 16 décembre 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_Beyrut, Liban _ciels _Départ & voyage _Marseille _photographies _voyage