Cahiers Yves Navarre, n°3 « Écrire contre toute attente » | Les théâtres secrets d’Yves Navarre (II). Le drame saccagé
5 avril 2017


Parution ce printemps 2017 du troisième volume des Cahiers Yves Navarre, sous le titre : « Écrire contre tout attente », et qui reprend les communications du troisième colloque Yves Navarre, organisé par Sylvie Lannergrand en octobre 2016.

J’y poursuis mes hypothèses sur le théâtre de l’auteur, après la parution du précédent Cahier.



— Site de l’ouvrage
— Se procurer l’ouvrage aux éditions H&O

Présentation et sommaire de l’ouvrage

Chaque colloque international Yves Navarre donne lieu à la publication de ses actes chez H&O, sous le titre Cahiers Yves Navarre. Des intervenants issus d’horizons divers – universitaires, chercheurs, artistes, bibliothécaires, lecteurs… – analysent plusieurs aspects de l’œuvre d’Yves Navarre, sur une thématique donnée. Un texte rare ou inédit complète généralement chaque Cahier. Les trois premiers Cahiers ont été publiés suite aux colloques de Galway (2014), de Paris (2015) et de Montpellier (2016). Les éditions suivantes devraient être biennales : le colloque de Liège (mai 2018) donnera lieu aux Cahiers 4 en 2019.
Ce nouvel opus des Cahiers Yves Navarre rassemble les communications du Troisième Colloque International Yves Navarre qui s’est tenu à Montpellier les 6 et 7 octobre 2016. « Où il serait question du texte quand il ose, propose et n’impose pas, écrire contre toute attente. Écrire, ça survient, ça vous tombe dessus, ça ne se décide pas, ça vous entraîne et gare à celle ou celui qui dit je sans jouer. » Yves Navarre, Ce sont amis que vent emporte, H&O éditions.


Cahiers 3, Écrire contre toute attente, H&O 2017.
— « Éditorial », la Rédaction.
— « Des ronces ou des broussailles, ou Fallait-il tuer papa-maman ? », Frédéric Canovas :
— « Lorsque le soleil tombe, un roman de romans », Philippe Leconte.
— « De Huelva à Cuelga, jeux de miroirs et mises en abyme »,
Philippe Leconte.
— « L’oubli est parfois aussi important que la mémoire », Serge Hefez.
— « Kurwenal adapté au cinéma », Yves Sartiaux.
— « Freaks Society : le texte comme carrière de pierre », Julian Lembke.
— « Yves Navarre et ses éditeurs », Sylvie Lannegrand.
— « Les théâtres secrets d’Yves Navarre (II) : le drame saccagé », Arnaud Maïsetti.
— « Face au miroir de l’homme blessé : la prise en charge particulière d’Yves Navarre », Anne de Tienda et Didier Combe.
— Chants de l’herbe et de l’enfant, poèmes inédits d’Yves Navarre.


arnaud maïsetti - 5 avril 2017

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu