Marseille | La Plaine à poings nus
20 février 2019



Sur les murs d’une de ces rues qui relient, comme un cordon ombilical, la Plaine et le Cours Julien (lui même relié à Noailles par une passerelle et d’infinis escaliers). Partout une sorte de colère sereine : des poings tendus vers les visages de passants pour rappeler à eux la colère, et la sérénité qui l’emporte. Des poings comme on frappe le cœur de la ville pour le relancer. Et des points aussi pour venger d’autres coups reçus sur le visage, ceux qui arrachent un œil. Avec l’œil qui reste, regarder en face, rouge de blessure, et noir de colère, la ville et ceux qui la gouvernent à coups d’insultes.








arnaud maïsetti - 20 février 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_colère _Marseille, La Plaine _murs _photographies _politiques & commune _rêves et terreurs