William Blake | « Jeudi saint (2) »
9 mai 2020



Traduction personnelle des Chants d’innocence et d’expérience
— ici le sommaire des poèmes
— là les carnets de la traduction


N’y-a-t-il rien de plus sacré à voir,
Dans une terre riche et féconde,
Des nourrissons réduits à la misère,
Nourris d’une main froide et usuraire ?
Ce cri tremblant est-il une chanson ?
Peut-il être une chanson joyeuse ?
Et tant d’enfants pauvres ?
C’est une terre de pauvreté !

Et leur soleil ne brille jamais.
Et leurs champs sont sombres et nus.
Et leurs chemins sont remplis d’épines.
C’est l’hiver éternel là-bas [1]
.

 [I]


arnaud maïsetti - 9 mai 2020

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




[1Sous le même titre, un poème des Chants d’innocence.

[IHoly Thursday

Is this a holy thing to see,
In a rich and fruitful land,
Babes reduced to misery,
Fed with cold and usurous hand ?
Is that trembling cry a song ?
Can it be a song of joy ?
And so many children poor ?
It is a land of poverty !

And their sun does never shine.
And their fields are bleak & bare.
And their ways are fill’d with thorns.
It is eternal winter there.

par le milieu

_Chantier traduction _d’une langue l’autre _enfance _William Blake