William Blake | « Le Tigre »
17 juillet 2021



Traduction personnelle des Chants d’innocence et d’expérience
— ici le sommaire des poèmes
— là les carnets de la traduction


Tigre, Tigre, lumière brûlante
Dans les forêts de la nuit,
Quelle main immortelle ou quel œil
Ont eu l’audace de saisir ta forme assassine ?

En quels abîmes vertigineux et sous quels cieux
Brûlait le feu de tes yeux ?
Sur quelles ailes a-t-il osé être emporté ?
Quelle main a-t-elle osé arracher ce feu ?

Et quelle épaule, et quel art
Ont sculpté les nervosités de ton cœur ?
Et quand ce cœur s’est mis à battre,
Quelle redoutable main ? Et quels redoutables pieds ?

Quel marteau ? Quelle chaîne,
Dans quelle forge fut conçu ce cerveau ?
Quelle enclume ? Quelle étreinte redoutable
A-t-elle osé s’agripper à ses terreurs mortelles ?

Quand les étoiles ont jeté leur derniers feux
Et noyé le ciel de leurs larmes,
A-t-il souri à cela ?
A-t-il fait ce qu’il a fait à l’Agneau ?

Tigre, Tigre, lumière brûlante
Dans les forêts de la nuit,
Quelle main immortelle ou quel œil
Ont eu l’audace de dessiner ta forme assassine ?

 [1]


arnaud maïsetti - 17 juillet 2021

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets