Simulacres de croix
10 septembre 2011




(kroî ; l’x se lie : une croî-z argentée) s. f.

1° Sorte de gibet où l’on attachait, dans l’antiquité, certains criminels.
Le supplice de la croix.


Pour marquer le centre des villes, ces grandes croix de pierre, sorte de zénith où le soleil tombe sur le sol à la verticale : il suffit de viser juste. Pas une ville qui n’ait son centre : c’est à cela qu’on la reconnaît. Une croix marque la position, comme sur des cartes au trésor. Aujourd’hui, plus personne pour s’étonner que ce centre soit aussi une verticalité de souffrance : que la croix n’est pas dessinée à la surface, mais tracées dans le ciel, quelque part au-dessus de nous.-


2° Le bois même où Jésus-Christ fut attaché. La vraie, la sainte croix.
Invention de la sainte croix, Exaltation de la sainte croix, nom de deux fêtes que l’Église romaine célèbre.
Fig. Mettre une injure, une disgrâce, son ressentiment au pied de la croix, se résigner, pardonner pour l’amour de Dieu.


Figures de gibets qui se dressent où qu’on regarde, comme notre propre condamnation – non, pas la nôtre : celle d’un temps qui appartient à d’autres que nous, des pères que nos pères n’ont pas même connu. Et nous désormais, sans histoire, sans condamnation, n’avons plus que ces croix levées, qu’on accumule pour signer l’histoire en trois traits brefs, là-haut.

3° Par extension, le christianisme.
Faire triompher la croix.
L’étendard de la croix.


C’est dans la perspective : des croix sur des croix qui finissent dans leur entrelacs à fabriquer l’apparence d’autres croix, qui n’ont forme de croix que dans notre imaginaire ; à gauche, derniers vestiges d’un jardin perdu qui mord sur nos souvenirs, comme un vieillard une pomme pas assez mûre.


4° Terme de dévotion.
Affliction que Dieu envoie aux hommes pour les éprouver.


Les statues qui entourent certaines croix sont là pour les protéger, peut-être : leur regard suffit à pétrifier à l’entour. Le problème : n’ont posé leur regard que sur des places vides, des maisons sans fenêtre, des parvis de sable qui prennent siècles après siècles les couleurs de ces pierres, mangées comme des yeux.

5° Simulacre représentant la croix de Jésus-Christ.
Élever, planter une croix. Porter une croix.


Les répliques sans fin de la même scène finiraient par produire la croyance (pensée à la deuxième tentation, au discours du Grands Inquisiteur, aussi) – si je me place de dos, c’est par pur vice, l’envers du décor, ou regarder le théâtre depuis le point de vue oblique. Il n’y a derrière la croix qu’une autre croix, vide celle-là.-

6° Petit ornement, en forme de croix.


En face des croix, on a élevé l’église en forme de croix, mais étalée sur le sol : plans de surface et de profondeur qui se font face, d’en haut, on ne verrait que des croix, comme une signature répétée mille fois, avec les mille variations produites par le bougé du poigné, le tremblé de la feuille, le grain du papier qui fabrique le geste ; mille griffures.-


Le signe de la croix, signe que les chrétiens font en portant la main au front, à la poitrine, puis à l’une et à l’autre épaule.
Fig. Quand je le vis entrer, je fis un grand signe de croix, j’éprouvai de la surprise, de la peur.


Dialogues : au pied, se demander distraitement ce qu’ils disent, les croix, puisqu’elles se tiennent depuis si longtemps conversations d’un sommet à l’autre : passent quelques nuages, muets.


8° Croix de par Dieu, croix de par Jésus, alphabet où l’on apprenait à lire aux enfants, ainsi dit parce que le titre est orné d’une croix, qui se nommait croix de par Dieu, c’est-à-dire croix faite au nom de Dieu.
Fig. Les commencements tout à fait élémentaires. Prétend-il nous renvoyer à la croix de par Dieu ?


Lieux de Solitudes – comme on parle de solitudes, au sommet des montagnes : ici, mêmes solitudes. La croix penche un peu à force de ne pas tomber. Le soleil est toujours caché derrière la tour.

9. Marque formée de deux traits croisés.
Faire une croix au bas d’un acte quand on ne sait pas signer.
Marquer quelque chose d’une croix.
Fig. Il faut faire la croix, faire une croix à la cheminée, se dit quand quelqu’un fait quelque chose de singulier, qui ne lui est pas habituel.


Longues flèches qui n’atteignent jamais leur cible ; ou réponse vaine aux rayons d’un soleil en dehors de l’image, toujours absent,

10°
Décoration de divers ordres de chevalerie.
La croix de Malte, du Saint-Esprit, de Saint-Louis, de la Légion d’honneur.
Absolument, la croix, celle de la Légion d’honneur. Il a eu la croix pour une action d’éclat.


Inclinaison lasse de la tête – emporte avec son propre poids tout ce qui excède la part désirable de ce monde.-

11° Le côté d’une pièce de monnaie opposé à la face et marqué autrefois d’une croix. Croix ou pile, croix et pile, croix-pile, sorte de jeu de hasard où l’un des joueurs jette une pièce de monnaie en l’air, l’autre nommant le côté qu’il veut de la pièce et gagnant si la pièce tombée présente ce côté.


Pas pire solitude que celle qui est partagée : à gauche, à droite, par deux qui disent : ma solitude n’est pas la tienne. -


12° Terme d’astronomie. Croix australe, croix du Sud, nom d’une constellation de l’hémisphère austral.
Grande Croix, le carré de Pégase.


À droite, quand on regarde en face, on devine quelque chose sur le visage tordu de souffrance : un sourire, peut-être : un sourire, oui, sûrement ; la pluie a formé la cicatrice, je la vois.-

13°
Latte croisée que les maçons et couvreurs suspendent au bout d’une corde quand ils font une réparation au haut de la maison.


À gauche : c’est le corps déformé à la place d’un cri – on lui en lancerait bien, si on en possédait un à la hauteur.

14° Pierre de croix, nom d’une sorte de pierre.


Ainsi : en se plaçant au pied de la croix, à la verticale même du ciel, je suis peut-être au meilleur endroit pour le voir : je ne suis pourtant que devant un mur contre lequel je m’appuie, de toutes mes forces.


arnaud maïsetti - 10 septembre 2011

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_ciels _dieu _Émile Littré _photographies _solitudes _spectres et fantômes