À l’heure dite, soleils couchés
3 novembre 2011



Page ouverte le 26 octobre et remontée chaque soir où je suis dans cette ville, à l’heure où le soleil se couche. Une image prise au même endroit, ce qui me fait face quand je travaille, sud, sud-ouest. Une image prise à la minute donnée par l’éphéméride où le soleil se couche (une minute en retrait à chaque jour, donc). Une image emportée, où. Empilement vertical d’un même lieu, d’une saison entière – car la forme des villes, sous le coup de pinceau des nuages, change plus vite, hélas ! (que le cœur des mortels)


17h45, le 3 novembre – il s’arrête pour s’orienter. Tout à coup, il regarde le ciel.
Le soleil a disparu.

17h50, le 1er novembre – soir crié dans la soie d’or,
éparpillé.

18h06, le 30 octobre – jour tombée une heure avant, et moi arrivé dix minutes après l’heure : le soleil déjà de l’autre côté,
perdu.

18h57, le 29 octobre – un point final de feu, encre sur le buvard,
coulée.

18h58, le 28 octobre – des traces roses de lèvres,
gercées.

18h59, le 27 octobre – quelques bleuissures d’or,
emportées.

19h00, le 26 octobre – fond de ciel sur nuages troués,
enfuis.

arnaud maïsetti - 3 novembre 2011

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_cheveux _ciels _joie _photographies _une vague après l’autre _villes _visages