« Où que je sois encore… | publie.net
20 juin 2012



Belle joie, cette publication aux éditions publie.net de mon livre, paru en 2009 au Seuil. Publication numérique, dans la collection reprint, et c’est évidemment naturel ; parce que c’est l’espace désormais de l’écriture, là où elle se joue au présent. Étrange donc, de revoir ce texte, si loin de moi, et pourtant — et pourtant, c’est toute une vie, jetée ici, une partie au moins.

Je ne reviendrai pas sur les conditions de son écriture, mais voilà : signe fort que cette publication, dans la semaine, oui comme elle fait violence, en retour au présent — écho bouleversant ces derniers jours de ces mois où le texte fut écrit, chambre seule sur la ville, encore, et toute dressée sur la nuit.

Ce n’est pas une deuxième vie pour le texte, seulement signe que le texte continue d’avancer, en moi aussi — je ne l’ai pas relu, en serai incapable, mais ses images, je les garde au profond de moi parce que pour les rejoindre je sais le prix que j’ai payé, je sais ce qu’il m’en reste.

Merci à Roxane Lecomte, pour le travail immense de mise en page — et en dépit des problèmes techniques qu’a posé le texte ( y reviendrai dans un billet prochain) : essaierai de faire pire la prochaine fois, et si on donne du fil à retorde aux machines, c’est peut-être qu’on avance aussi… —, merci aussi Gwen Catala, et évidemment François Bon, pour l’accompagnement considérable. Et merci à Jérémy Liron, qui m’a offert ce cadeau magnifique de la couverture, encre noire et blanche, que je reçois en frère.

Ci-dessous, les notices de présentation sur publie.net , et sur epagine, de Christophe Grossi.

On peut se procurer le livre
— sur le site de la coopérative
— sur ePagine
— et sur les plateformes de téléchargement habituellement…


Sur Tiers-Livre

Arnaud Maïsetti, « Où que je sois encore… Paru en 2008 dans la collection Déplacements du Seuil, c’est le 1er livre publié d’Arnaud Maïsetti, qui n’a cessé depuis d’affirmer son chemin web. Un diptyque en 2 traversées d’une même nuit, corps visages villes – 2 séquences d’un lyrisme rauque, aux abois, travail sur le mouvement, la voix, l’hallucination, et accompagnées d’une postface théorique sur voix et écriture qui à elle seule justifie l’acquisition. Comme de toute façon vous retrouverez Arnaud sur les routes de la littérature d’aujourd’hui, autant s’y frotter tout de suite. Nota : les 2 séquences sont composées chacune d’un paragraphe unique de 70 pages.... ça ne passe pas dans la Kobo. A notre grand regret, nous ne mettons donc pas ce texte en vente sur Fnac.com et Kobo.fr...

F. B.


Sur Publie.net

Paru en 2008 aux éditions du Seuil dans la collection Déplacements, voici pour la première fois en numérique le premier récit d’un auteur, Arnaud Maïsetti, qui n’a cessé depuis lors de s’affirmer dans cette double démarche d’une prose exigeante, aiguisée par les enjeux du corps et de la voix ouverts notamment par Koltès, après Rimbaud ou Michaux, et l’exploration par un site web à la fois carnet, labo, dépôt de mémoire et outil d’aventure et réflexion.

« Où que je sois encore..., c’est un dyptique très puissant, deux paragraphes monoblocs d’une prose à la fois lyrique et rauque, oppressée, délivreuse, racontant une seule traversée de nuit, corps et voix ici mêlés, laissant venir à nu la surface à la fois fascinante et violente de la grande ville.

Arnaud Maïsetti, dans la postface qui accompagne le récit, revient sur l’e dispositif d’écriture, sur la voix, le temps, le voir. Cette fouille à même le texte, où il semble voir marcher la silhouette aiguë de Beckett, est un nouveau livre à elle seule, en tout cas annonce les explorations actuelles de l’auteur.

Et suivre bien sûr le site www.arnaudmaisetti.net.

FB


On commence par la dernière mise en ligne, « Où que je sois encore… d’Arnaud Maïsetti, un récit inédit en numérique et qui est (me semble-t-il) la première publication de l’auteur (texte paru en 2008 aux éditions du Seuil). Depuis, Arnaud Maïsetti a publié d’autres textes, dont une lecture très dense et fouillée de Koltès et un recueil d’Anticipations. Mais Arnaud Maïsetti a surtout ouvert un carnet en ligne à plusieurs entrées, un site qui est un chantier vertigineux, ambitieux et complet où le suivre à travers son journal mais aussi ses fictions, ses lectures et ses critiques (littérature, essais, cinéma, théâtre…), ses photographies, les musiques qu’il écoute, ses errances… Impossible de dissocier site et livre numérique. C’est une œuvre en mouvement et une voix qui compte pour beaucoup. Ci-dessous, un extrait de cette traversée/plongée dans la ville, dans la nuit, avec exposition du corps et la phrase comme appui face au tangage.

C.Gr.


arnaud maïsetti - 20 juin 2012

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_écrire _écritures numériques _François Bon _Publications _publie.net _solitudes _« Où que je sois encore…