2012 | Vingt fois la terreur


Ce vingt novembre 2012, dans le cadre des journées consacrées à la BNF aux métamorphoses de l’oeuvre et de l’écriture à l’heure du numérique (vers un renouveau des humanités ?), une série de lecture est organisée — un pecha kucha : "le bruit de la conversation", en japonais. C’est surtout le format d’une intensité folle, et d’une profonde incitation : vingt images, vingt secondes par image, et la voix devant. Dérives à partir d’un projet (toujours en cours) sur la Terreur : figure de Saint-Just, présence de la Commune, images de ces jours, bouleversements intérieurs, et communs élans.


Les textes

paroles et sons

texte et images

arnaud maïsetti | carnets