SORTIR | EN TEMPS DE CONFINEMENT


Chaque jour que le confinement fait (et il en fait par jour, ces mois de mars, avril et mai 2020), sortir — puisqu’on nous y autorise. Muni de la permission dérogatoire, j’accomplis mon déplacement bref, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. (Rayez les mentions inutiles)

Prendre une photo au passage, toujours la même : toujours différente pour vérifier que le monde passe, malgré tout.


Les textes

chaque jour

arnaud maïsetti | carnets