2008 | État des lieux du réel



fiction
récit d’un jour passé à recenser la ville : journal de ce jour
(traquer dans l’inventaire qu’on y fera quelque chose qui manquera : y trouver là sa place ?)

La ville par ces lieux – et la folie de les parcourir en leur totalité.

2008-2011


Les textes

On laisse transparaître quoi de son ombre quand on marche

La grande verrière est si sale

Très loin dans la ville maintenant,

Des heures donc — des heures après, à se perdre

Sortir d’ici dans un premier temps

La porte se ferme sans bruit d’un simple mouvement de poignet

On se réveille dans le noir et ça ne change rien.

Page de titre et navigation

arnaud maïsetti | carnets