arnaud maïsetti | carnets

Accueil > PHOTOS & VIDÉOS | IMAGES > PHOTOGRAPHIES | fixer les vertiges > Marseille · la Cité Radieuse

Marseille · la Cité Radieuse

Nombres d’or

lundi 26 décembre 2022


Notée (Fn), la Suite de Fibonacci est la plupart du temps définie par

F0 = 0, F1 = 1 et Fn = Fn − 1 + Fn − 2 pour n⩾ 2.


Le brave Leonardo Fibonacci s’était surnommé lui-même Bigollus, du toscan bighellone qui pourrait bien vouloir dire bon à rien — bon, par exemple, à fabriquer des suites mathématiques capables de placer l’homme au centre de l’univers. Il suffirait de se saisir de cette suite et de la jeter sur le monde – au hasard ici : de décider que le béton remplacerait les pierres pour fabriquer une ville comme si c’était un village empilé verticalement où la maison serait la ville même, l’univers : le monde dressé droit comme une suite mathématique.

Soit un homme d’un mètre quatre-vingt trois, son nombril situé à proportion du nombre d’or : c’est l’échelle.

On conjuguerait l’or avec le brutalisme des formes, la violence de quelques lignes droites, des perspectives par où fuirait l’horizon.

On y jetterait alors dedans de la lumière comme s’il en pleuvait. La mer là-bas ne répond à aucune loi, aucune suite. Le ciel est sans mesure de même, et de même, tournoyant dans sa propre gloire, passerait.

Ce qui est radieux dans la Cité tient à ce qui l’enveloppe et l’excède. Nous aussi on passe. Dessous, il n’y a pas de mesure humaine. Seulement le rêve fou de contenir dans le nombre la vie quotidienne, couloirs, chambres, fenêtres où regarder de là-haut l’indéchiffrable de l’existence.



Portfolio