La Ville écrite | et Révolution
grève
9 janvier 2022



La porte est murée ; on cherche la clé, on ne la trouverait qu’entre nos mains, dans nos poings fermés sur le sommeil de toute cette réalité tombant par à coups comme le soleil sur le gris des choses, la surface morte de ce qui ne cesse pas de survivre — la porte est murée, on aura voulu écrire sur elle le mot de passe capable d’en déchiffrer le sens et d’en forcer le verrou, avec de grandes lettres rouges de sang et de colère, ou de joie aussi, mais la colère n’est pas l’envers de la joie, elle est plutôt sa force d’aller, alors les mots en grands capables de dresser comme autrefois les incantations, les sorts, les hurlements sur le vent pour qu’il se lève — aujourd’hui qu’on fait dire au mot incantation son contraire (incantation : ce qu’on agite dans le verbe à défaut d’agir), quand il était au contraire ce qui nommait l’alliance du mot et de l’action, le lieu des transformations —, alors renouer : faire ployer le béton rien qu’en écrivant — et on sait bien qu’il ne faudra pas se contenter d’écrire, mais écrire est un premier pas — , le ciment, toutes ces matières que sait inventer la ville pour rendre infranchissable le rêve qui derrière, frappant lui aussi au dedans, appelait.


arnaud maïsetti - 9 janvier 2022

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets