La Ville écrite | Persée
was here
12 janvier 2022



Est-ce sur la route d’Argos aux rivages de Sériphos, quand son père, furieux d’apprendre que Zeus en pluie d’or avait violé la cellule et sa fille qu’il avait enfermée dans la tour d’airain du palais, jeta ce rejeton dont l’oracle prédisait le destin parricide, dans le coffre d’or au fond des eaux furieuses, qui ne le furent pas assez, mais le jetèrent dans les bras de Dictys, ou sur le chemin de Sériphos aux bords de l’Océan qui le conduisait vers la Gorgone, ou en retour, du rivage vers l’Éthiopie où la fatalité lui fit rencontrer Andromède et son crime, ou de l’Éthiopie à Sériphos, massacrant au passage Polydecte sur le point de violer sa mère, ou rejoignant, de Sériphos, Argos de nouveau — et les jeux funèbres qui l’attendaient –, ou, pleurant le meurtre de son père entre ses mains massacré, courant d’Argos vers Tirynthe où il pleura davantage jusqu’à cette fin qui est le monde où nous sommes : comment savoir, dans tous ces chemins parcourus en tous sens, et en dépit du bon sens, à quel moment Persée nota qu’il passait ici dans Marseille qui conserva la trace digne du héros massacreur ? Comment ?

Je sais bien que Marseille est le point central où se croisent tous ces chemins : et qu’à chaque voyage qu’il fit, il passa ici, ce pourquoi il nota, à chaque fois, son passage.

Il existe une autre hypothèse que certains défendent, et je la dépose ici par scrupule et honnêteté, et pour mémoire des légendes — bien que je sais, moi, qu’elle est fausse. On dit que ce n’était que pour la beauté de l’histoire qu’on fit de Méduse, la Gorgone que le récit dit, fille de Céto et Phorcys, qu’elle était plus simplement ville, et moins Géante que ville véritable de pierres et de murailles, de trottoirs et de parkings : que c’est elle qu’affronta Persée, elle qui pétrifie et tue, elle qui fut pétrifiée et tuée par les armes d’Hermès et d’Athéna qui armaient Persée : du sang de Méduse, dit l’histoire, naquirent le cheval Pégasse et le géant Chrisaor : manière de nommer Marseille, encore. Mais non.

Quand Persée abattit le monstre, je sais, moi, qu’il emporta la tête dans son sac à franges d’or, sur son dos : et on ne porte pas la ville ainsi, même quand on rentre massacrer ce qui reste de soi.


arnaud maïsetti - 12 janvier 2022

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets