ce qui suffit à tout humain
de l’oubli ramassé
12 mars 2022



un large trou et de la terre par-dessus, les prières jetées aussi en tas, avec les colliers de perles, les pendentifs sacrés et les larmes qui sont davantage que les dieux, parfois avec les esclaves vivants aussi, plus souvent rien, de la terre avec de la terre, de l’oubli ramassé tout au fond de la terre où la fatigue trouvera de quoi se reposer enfin, les cheveux pourront pousser comme ils l’entendent maintenant, et les ongles, et le corps devenir ce qu’il doit devenir, ce qui formera le sol sur quoi il nous faudra bien marcher pour rencontrer notre mort,


arnaud maïsetti - 12 mars 2022

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets