V.
24 septembre 2004



J’ai pas voulu dire grand-chose peut-être même j’ai rien voulu dire rien du tout il y avait soudain une grande ville qui pleuvait en moi et moi au milieu de ton souvenir à se débattre à tomber à te regarder tomber sans pouvoir rien faire sans rien pouvoir dire que ta voix qui crie qui se perd en toi dans le monde devenu sourd tu rends les hommes tellement sourds à crever et moi je vois plus rien au milieu de cette rue je suis obligé de m’arrêter de lever les yeux au cas où et puis non je croyais et de chercher et de pas trouver la force de poursuivre de traverser la route sur laquelle je stoppe en chemin au beau milieu du nulle part où ton reflet m’a emmené parce que

je suis sûr de t’avoir reconnue

certain

d’autant plus persuadé que je ne pensais pas à toi plus du tout je crois en fait que ce reflet m’a replongé m’a fait replongé dans une obsession immédiate mais qu’est ce qu’il y avait sur cette vitre anonyme qui portait l’évidence de ton souvenir fatal peut-être la forme d’un corps déchiré par ses propres
armes


VI.


arnaud maïsetti - 24 septembre 2004

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu