Eric Rohmer | Nadja à Paris, fragments amoureux
19 janvier 2019



Je n’ai pas vraiment d’horizon vers où tendre qui accomplirait le sens de cette marche. Simplement, je m’assoie, voilà ce que je fais, c’est tout, je m’assoie. Je regarde la rue, cette façon qu’ils ont de marcher, les hommes d’ici, la façon qu’ils ont de regarder les choses qui passent et se défont, mais on voit un brassage fascinant de visages, ici, quand on secoue ensemble les influences anciennes, ne pas voir et ne pas être regardée : parfois : un orage soudain m’oblige à rester là, et je reste là.


arnaud maïsetti - 19 janvier 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu