Joan Baez | Txoria txori
25 mai 2019


Comme on assoit la beauté sur ses genoux — qu’on l’injurie —, comme on regrette ce qu’on ne regrette pas — sur quoi on pleure —, comme on aime ce qu’on ne comprend pas — et qui nous dévisage—, comme on est ce corps lié à la déliaison — le poignet brisé —, comme on est ce récit sans mesure, simple chambre d’échos — foudre et tonnerre renversées —, comme on chante juste les sanglots brisés : comme tout ce qui ne se dit qu’en jouant avec les ombres, les nuits perdues, tout ce qui seul importe et qui reste futile et décisif.



Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.
Hegoak ebaki banizkio
nerea izango zen,
ez zuen aldegingo.

Si je lui avais coupé les ailes
il aurait été à moi
il ne serait jamais reparti
Si je lui avais coupé les ailes
il aurait été à moi
il ne serait jamais reparti.

Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
Bainan, honela
ez zen gehiago txoria izango
eta nik...
txoria nuen maite
eta nik...
txoria nuen maite.

Mais, ainsi,
il n’aurait plus été un oiseau,
Mais, ainsi,
il n’aurait plus été un oiseau,
et moi...
j’aimais l’oiseau !
et moi...
j’aimais l’oiseau !

arnaud maïsetti - 25 mai 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu