Bob Dylan | Murder Most Foul
6 avril 2020



Si la chanson est si bouleversante, ce n’est pas tant, comme beaucoup l’on dit, parce qu’elle brosserait le tableau de l’Amérique après l’assassinat de Kennedy, mais plutôt parce qu’elle renoue la vieille tradition épique et élégiaque avec l’époque : soulever les noms pour faire venir à soi les forces qu’ils contiennent. Sauf que les noms ici, ce ne sont pas les héros de la geste héroïque, mais des chanteurs blues. C’est la folk par essence : où le passé dévisage le présent. Le Président Kennedy mort, meurt avec lui une certaine histoire : crime qui fait remonter à la surface le passé raciste d’un monde qui n’est pas passé, et qui vient même au pouvoir. Strates de temps : si Dylan signe cette chanson en 2020, ce n’est pas en journaliste du passé, ou nostalgique de la folk d’antan, mais pour le présent et regarder les puissants au pouvoir aujourd’hui dans ce qu’ils sont : le retour des vieilles lunes. Alors, Dylan — pour chercher de la consolation ou pour prendre des forces dans les temps qui viennent ? — demandent à Wolfman Jack qui passait autrefois les titres à la radio de lui jouer ces vieux standards quasi oubliés. Les titres rebondissent les uns sur les autres, chacun fait signe vers lui-même et tous se répondent. Jusqu’au dernier titre, qui retourne la chanson sur elle-même. Et sur tout cela, la voix à peine posée d’un homme qui, dans la secousse présente, prend de nouveau la tangente, cherche ailleurs si on est, et plutôt que de coller à l’actualité, raconte le présent par l’hier : le passé n’est pas le lieu disparu, ni la nostalgie la douleur de ce qui n’est plus, plutôt le territoire imaginaire par quoi l’avenir est peut-être encore possible.



Murder Most FoulUn assassinat des plus ignobles

It was a dark day in Dallas, November ’63
A day that will live on in infamy
President Kennedy was a-ridin’ high
Good day to be livin’ and a good day to die
Being led to the slaughter like a sacrificial lamb
He said, « Wait a minute, boys, you know who I am ? »
« Of course we do, we know who you are ! »
Then they blew off his head while he was still in the car
Shot down like a dog in broad daylight
Was a matter of timing and the timing was right
You got unpaid debts, we’ve come to collect
We’re gonna kill you with hatred, without any respect
We’ll mock you and shock you and we’ll put it in your face
We’ve already got someone here to take your place
The day they blew out the brains of the king
Thousands were watching, no one saw a thing
It happened so quickly, so quick, by surprise
Right there in front of everyone’s eyes
Greatest magic trick ever under the sun
Perfectly executed, skillfully done
Wolfman, oh wolfman, oh wolfman howl [1]
Rub-a-dub-dub, it’s a murder most foul

Il faisait sombre à Dallas, novembre ’63
Une journée qu’on ne cessera de vivre dans l’infamie
Le Président Kennedy était à son sommet
Belle journée à vivre et belle journée pour mourir
Mené au massacre comme un agneau en sacrifice
Il a dit : « Attendez une seconde, les gars, vous savez qui je suis ? »
« Bien sûr que oui, on le sait ! »
Après, ils lui ont tiré dans la tête alors qu’il était encore dans la voiture
Abattu comme un chien en plein jour
Simple question de timing et le timing était bon
Vous avez des dettes impayées, nous sommes venus les encaissées
On va te tuer, par haine, sans respect
On va se moquer de toi et vous bouleverser, pleine face
On a déjà quelqu’un ici pour prendre ta place
Le jour où ils ont fait exploser la cervelle du roi
Des milliers regardaient, personne n’a rien vu
C’est arrivé si vite, si vite, par surprise
Aux yeux de tous
Le plus grand tour de magie jamais vu sous le soleil
Parfaitement exécuté, habilement fait
Wolfman, oh Loup-Garou, oh hurlement de Loup-Garou
Un assassinat des plus ignobles

[Verse 2]

Hush, little children, you’ll understand
The Beatles are comin’, they’re gonna hold your hand
Slide down the banister, go get your coat
Ferry ’cross the Mersey [2] and go for the throat
There’s three bums comin’ all dressed in rags
Pick up the pieces and lower the flags
I’m goin’ to Woodstock, it’s the Aquarian Age
Then I’ll go to Altamont [3] and sit near the stage
Put your head out the window, let the good times roll
There’s a party going on behind the Grassy Knoll [4]
Stack up the bricks, pour the cement
Don’t say Dallas don’t love you, Mr. President
Put your foot in the tank and then step on the gas
Try to make it to the triple underpass
Blackface singer, whiteface clown
Better not show your faces after the sun goes down
Up in the red light district, they’ve got cop on the beat
Living in a nightmare on Elm Street
When you’re down on Deep Ellum, put your money in your shoe
Don’t ask what your country can do for you
Cash on the ballot, money to burn
Dealey Plaza, make a left-hand turn
I’m going down to the crossroads, gonna flag a ride
The place where faith, hope, and charity lie
Shoot him while he runs, boy, shoot him while you can
See if you can shoot the invisible man
Goodbye, Charlie ! Goodbye, Uncle Sam !
Frankly, Miss Scarlett, I don’t give a damn
What is the truth, and where did it go ?
Ask Oswald [5]and Ruby [6] , they oughta know
"Shut your mouth, » said a wise old owl
Business is business, and it’s a murder most foul

Chut, petits enfants, vous comprendrez
Les Beatles vont arriver, ils vont te tenir la main
Dévalez les escaliers, prenez votre manteau
Traversez le Mersey et rentrez bredouille
Il y a trois clochards tous vêtus de haillons
Ramassez les morceaux et mettez les drapeaux en berne
Je vais à Woodstock, c’est le Nouvel Âge
Ensuite j’irai à Altamont m’assoir près de la scène
Mettez votre tête à la fenêtre, regardez passer les bons moments
Il y a une fête derrière le Grassy Knoll
Empilez les briques, versez le ciment
Ne dites pas que Dallas ne vous aime pas, M. le Président
Faites le plein et mettez les gaz
Essayez de vous rendre au passage souterrain
Un chanteur Noir, un clown Blanc
Mieux vaut ne pas montrer votre visage après le coucher du soleil
Dans le quartier chaud, ils ont mis la flicaille sur le coup
On vit dans un cauchemar sur Elm Street
Lorsque vous êtes sur Deep Ellum, planquez votre fric dans vos godasses
Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous
Misez votre cash sur le bulletin de vote, de l’argent à gaspiller
Dealey Plaza, tournez à gauche
Je descends sur le carrefour, me faire une balade
Là où se trouvent la foi, l’espérance et la charité
Tire-lui dessus pendant qu’il court, garçon, tire-lui dessus tant que tu le peux
Vois si tu peux tirer sur l’homme invisible
Au revoir, Charlie ! Au revoir, oncle Sam !
Franchement, Mlle Scarlett, je m’en fous
Quelle est la vérité et où est-elle allée ?
Demandez à Oswald et Ruby, ils devraient bien le savoir
« Ferme-la », dit un vieux sage
Les affaires sont les affaires, et c’est un assassinat des plus ignobles


[Verse 3]

Tommy, can you hear me ? I’m the Acid Queen [7]
I’m riding in a long, black Lincoln limousine
Ridin’ in the backseat next to my wife
Headed straight on in to the afterlife
I’m leaning to the left, I got my head in her lap
Hold on, I’ve been led into some kind of a trap
Where we ask no quarter, and no quarter do we give
We’re right down the street, from the street where you live
They mutilated his body and they took out his brain
What more could they do ? They piled on the pain
But his soul was not there where it was supposed to be at
For the last fifty years they’ve been searchin’ for that
Freedom, oh freedom, freedom over me
I hate to tell you, mister, but only dead men are free
Send me some lovin’, then tell me no lie
Throw the gun in the gutter and walk on by
Wake up, little Susie, let’s go for a drive
Cross the Trinity River [8], let’s keep hope alive
Turn the radio on, don’t touch the dials
Parkland hospital [9], only six more miles, Miss Lizzy, you filled me with lead
That magic bullet [10] of yours has gone to my head
I’m just a patsy like Patsy Cline [11]
Never shot anyone from in front or behind
I’ve blood in my eye, got blood in my ear
I’m never gonna make it to the new frontier [12]
Zapruder’s film [13]I seen night before
Seen it thirty-three times, maybe more
It’s vile and deceitful, it’s cruel and it’s mean
Ugliest thing that you ever have seen
They killed him once and they killed him twice
Killed him like a human sacrifice
The day that they killed him, someone said to me, "Son
The age of the Antichrist has just only begun"
Air Force One comin’ in through the gate
Johnson sworn in at 2:38 [14]
Let me know when you decide to throw in the towel
It is what it is, and it’s murder most foul

Tommy, tu m’entends ? Je suis la Reine de l’Acide
Je roule dans une longue limousine, une Lincoln noire
Sur la banquette arrière à côté de ma femme
En route droit vers l’au-delà
Je me penche sur la gauche, la tête sur ses genoux
Attends, on m’a entraîné dans une sorte de piège
Où on ne demande pas de pitié, et aucune pitié ne nous sera accordé
On est juste en bas de la rue, de la rue où tu vis
Ils ont mutilé son corps, ont sorti son cerveau de sa tête
Que pouvaient-ils faire de plus ? Ils ont entassé de la douleur
Mais son âme n’était pas là où elle était supposée être
Ces cinquante dernières années, ils l’ont cherchée
Liberté, oh liberté, liberté sur moi
Je déteste te dire ça, monsieur, mais seuls les morts sont libres
Envoie-moi un peu d’amour, et puis ne me raconte pas d’histoire
Jette le flingue dans le caniveau et va-t-en
Réveille-toi, petite Susie, allons faire un tour
Traverser la Trinity, garder vivant l’espoir
Allume la radio, ne touche pas le tableau de bord
Hôpital Parkland, à seulement six miles de là
Tu m’as donné le vertige, Mlle Lizzy, tu m’as rempli de plomb
Cette balle magique m’a traversé la tête
Je suis juste un bouc-émissaire comme Patsy Cline
Ne tire jamais sur personne en face ou par derrière
Le sang me coule dans les yeux, mes oreilles saignent
Je ne rejoindrai jamais la nouvelle frontière
Le film de Zapruder que j’ai vu la veille
Je l’ai vu trente-trois fois, peut-être plus
C’est vil et trompeur, c’est cruel et c’est méchant
La chose la plus laide qu’on ait jamais vue
Ils l’ont tué une fois et ils l’ont tué deux fois
L’ont tué comme un sacrifice humain
Le jour où ils l’ont tué, quelqu’un m’a dit : "Fils
L’ère de l’Antéchrist ne fait que commencer "
Air Force One atterrit
Johnson a prêté serment à 2h38
Faites-moi savoir quand vous déciderez de jeter l’éponge
Voilà ce que c’est, l’assassinat des plus ignobles


[Verse 4]

What’s new, pussycat ? What’d I say ?
I said the soul of a nation been torn away
And it’s beginning to go into a slow decay
And that it’s thirty-six hours past Judgment Day
Wolfman Jack [15]
, he’s speaking in tongues
He’s going on and on at the top of his lungs
Play me a song, Mr. Wolfman Jack
Play it for me in my long Cadillac
Play me that "Only the Good Die Young » [16]
Take me to the place Tom Dooley [17] was hung
Play "St. James Infirmary » [18] and the Court of King James
If you want to remember, you better write down the names
Play Etta James [19] , too, play "I’d Rather Go Blind » [20].
Play it for the man with the telepathic mind
Play John Lee Hooker [21], play "Scratch My Back » [22]
Play it for that strip club owner named Jack
Guitar Slim [23] going down slow
Play it for me and for Marilyn Monroe

Quoi de neuf, chérie ? Qu’est-ce que j’ai dit ?
J’ai dit que l’âme d’une nation avait été déchirée
Et tout a commencé à lentement décliner
Et qu’il est trente-six heures après le Jugement Dernier
Wolfman Jack parle en dialectes inconnues
Il ne cesse de hurler à plein poumons,
Passe-moi une chanson, M. Wolfman Jack
Passe m’en une, je suis dans ma longue Cadillac
Joue-moi « Only The Good Die Young » 
Emmène-moi là où Tom Dooley a été pendu
Joue moi « St. James Infirmary » et la cour du roi Jacques
Si vous voulez vous souvenir, vous feriez mieux d’écrire les noms
Joue-moi du Etta James, joue moi « I’d Rather Go Blind »
Joue-le pour le télépathe
Joue du John Lee Hooker, joue « Scratch My Back »
Joue pour le propriétaire du club de strip-tease nommé Jack
Guitar Slim ralentit
Joue pour moi et pour Marilyn Monroe


[Verse 5]

Play "Please Don’t Let Me Be Misunderstood » [24]
Play it for the First Lady, she ain’t feeling any good
Play Don Henley, play Glenn Frey [25]
Take it to the limit [26] and let it go by
Play it for Carl Wilson [27], too
Looking far, far away down Gower Avenue
Play tragedy, play "Twilight Time » [28]
Take me back to Tulsa to the scene of the crime [29]
Play another one and "Another One Bites the Dust » [30]
Play "The Old Rugged Cross » [31], and "In God We Trust » [32]
Ride the pink horse down that long, lonesome road
Stand there and wait for his head to explode
Play "Mystery Train" [33] for Mr. Mystery
The man who fell down dead like a rootless tree
Play it for the reverend, play it for the pastor
Play it for the dog that got no master
Play Oscar Peterson [34], play Stan Getz [35]
Play « Blue Sky » [36], play Dickey Betts [37]
Play Art Pepper [38], Thelonious Monk [39]
Charlie Parker [40]and all that junk
All that junk and « All That Jazz »
Play something for the Birdman of Alcatraz [41]
Play Buster Keaton [42], play Harold Lloyd [43]
Play Bugsy Siegel [44] play Pretty Boy Floyd [45]
Play the numbers, play the odds
Play "Cry Me A River" [46]for the Lord of the gods
Play Number nine, play Number six
Play it for Lindsey [47] and Stevie Nicks [48]
Play Nat King Cole [49], play "Nature Boy » [50]
Play "Down In The Boondocks » [51] for Terry Malloy [52]
Play "It Happened One Night" [53] and "One Night of Sin » [54]
There’s twelve million souls that are listening in
Play "Merchant of Venice » [55], play « Merchants of Death » [56]
Play "Stella by Starlight" [57] for Lady Macbeth.
Don’t worry, Mr. President, help’s on the way
— Your brothers are comin’, there’ll be hell to pay
Brothers ? What brothers ? What’s this about hell ?
Tell them, « We’re waiting, keep coming, » we’ll get them as well [58]
Love Field [59] is where his plane touched down
But it never did get back up off the ground
Was a hard act to follow, second to none
They killed him on the altar of the rising sun
Play « Misty » [60] for me and « That Old Devil Moon » [61]
Play « Anything Goes » [62] and « Memphis in June » [63].
Play "Lonely At the Top" [64] and "Lonely Are the Brave » [65]
Play it for Houdini spinning around his grave
Play Jelly Roll Morton [66], play « Lucille" [67]
Play "Deep In a Dream » [68]
Play "Moonlight Sonata » [69], in F-sharp
And "A Key to the Highway" [70] for the king on the harp
Play "Marching Through Georgia » [71] and « Dumbarton’s Drums » [72]
Play darkness and death will come when it comes
Play "Love Me Or Leave Me » [73]
Play « The Blood-stained Banner » [74] play « Murder Most Foul »

Joue "Please Don’t Let Me Be Misunderstood"
Joue-le pour la Première Dame, elle ne se sent pas très bien
Joue du Don Henley, joue du Glenn Frey
À fond, et au-delà
Joue aussi pour Carl Wilson
Qui regarde, très loin sur l’avenue Gower
Joue de la tragédie, joue « Twilight Time »
Ramène-moi à Tulsa sur les lieux du crime
Joue une autre encore et « Another One Bites the Dust »
Joue "The Old Rugged Cross" et « In God We Trust »
Monte le cheval rose sur cette longue route solitaire
Restez là et attendez que sa tête explose
Joue "Mystery Train" pour M. Mystery
L’homme qui est tombé raide mort comme un arbre sans racines
Joue pour le révérend, joue pour le pasteur
Joue pour le chien qui n’a pas de maître
Joue du Oscar Peterson, joue du Stan Getz
Joue « Blue Sky", joue du Dickey Betts
Joue du Art Pepper, du Thelonious Monk
Du Charlie Parker et tous ces trucs
Tous ces trucs et « All That Jazz »
Joue quelque chose pour l’éleveur d’oiseau d’Alcatraz
Joue du Buster Keaton, joue du Harold Lloyd
Joue du Bugsy Siegel, joue du Pretty Boy Floyd
Joue les chiffres, joue les cotes
Joue « Cry Me A River » pour le Seigneur des Dieux
Joue la neuf, joue la six
Joue pour Lindsey et Stevie Nicks
Joue du Nat King Cole, joue « Nature Boy »
Joue « Down In The Boondocks » pour Terry Malloy
Joue « It Happened One Night » et « One Night of Sin »
Il y a douze millions d’âmes qui écoutent
Joue « Merchant of Venice », joue « Merchants of Death »
Joue « Stella by Starlight » pour Lady Macbeth
Ne vous inquiétez pas, Monsieur le Président, les secours sont en route
Tes frères sont en chemin, ça va barder
Frères ? Quels frères ? De quoi vous parlez ?
Dites-leur : « Nous attendons, allez, venez », nous les aurons aussi
Love Field, c’est là où son avion a atterri
Mais il n’a jamais plus décollé
C’était difficile à suivre, c’est sans pareil
Ils l’ont tué sur l’autel du soleil levant
Joue « Misty » pour moi et « That Old Devil Moon »
Joue « Anything Goes » et « Memphis en juin »
Joue « Lonely At the Top » et « Lonely Are the Brave »
Joue pour que Houdini fasse tourner les tables autour de sa tombe
Joue du Jelly Roll Morton, joue « Lucille »
Joue « Deep In a Dream » et joue « Driving Wheel »
Joue « Moonlight Sonata » en fa dièse majeur
Et « A Key to the Highway » pour le roi sur la harpe
Joue « Marching Through Georgia » et « Dumbarton’s Drums »
Joue les ténèbres et la mort viendra quand elle viendra
Joue "Love Me Or Leave Me » du grand Bud Powell
Joue "The Blood-stained Banner », joue à « Murder Most Foul »


arnaud maïsetti - 6 avril 2020

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets