Vietnam #6 | visages de la Baie d’Halong maritime
28 novembre 2015



11 & 12 octobre.
Baie d’Halong.

On ne sait pas pourquoi. J’ai oublié les hypothèses des savants, qui ont bien sûr raison – et donc, pour cette raison-là, qui ont tort. Ils parlent marée et piton calcaire, ils calculent le vent et le sel, ils dressent les cartes du monde ancien. J’ai retenu l’autre hypothèse : celle qui raconte comment un dragon dans sa fuite a laissé échapper des perles sur la mer. Deux jours et une nuit, regarder chacune de ces perles, aucune ne sont pareilles, toutes lèvent un monde possible. Comment les marins se repèrent sur cette mer ? L’horizon troué de mille pierres précieuses, on passera entre elles. On reviendra au port miraculeusement, comme si chaque bloc de roche disposait la direction. Le ciel était épais, chaud, et parfois creusé de minuscules mouvements. Cela ressemble à des oiseaux immenses, très haut, oubliés comme des pierres, fils des fils des dragons perdus en chemin. On ne sait pas pourquoi cette baie, on dit seulement que c’est la plus belle du monde, peut-être parce qu’on pourrait la regarder infiniment.



































































































arnaud maïsetti - 28 novembre 2015

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_ciels _Départ & voyage _la mer, toujours recommencée _Vietnam _voyage