Leonard Cohen | #3 La Nuit de Santigo
28 décembre 2019



Traduction des derniers textes de Leonard Cohen,
rassemblés dans l’album posthume Thanks for The Dance
Sommaire de l’ensemble des traductions


She said she was a maiden
That wasn’t what I heard
For the sake of conversation
I took her at her word

Elle disait que c’était une jeune fille
Ce n’est pas ce que j’entendais dans sa voix
Pour que dure la conversation
Je l’ai prise au mot

The lights went out behind us
The fireflies undressed
The broken sidewalk ended
I touched her sleeping breasts

Les lumières se sont éteintes derrière nous
Les lucioles dénudées
Le trottoir brisé a pris fin
J’ai posé ma main sur ses seins endormis

They opened to me urgently
Like lilies from the dead
Behind a fine embroidery
Her nipples rose like bread

Ils se sont ouvert à moi, de toute urgence,
Comme des lys ressuscités
Derrière une fine broderie
Ils se sont levés comme du pain

Then I took off my necktie
And she took of her dress
My belt and pistol set aside
We tore away the rest

Alors j’ai ôté ma cravate
Et elle a ôté sa robe
Mon ceinture et mon flingue à côté
Nous avons déchiré le reste

The night of Santiago
And I was passing through
So I took her to the river
As any man would do

La nuit de Santiago
Et je ne faisais que passer
Alors je l’ai portée à la rivière
Comme tout homme aurait fait

Her thighs, they slipped away from me
Like schools of startled fish
Though I’ve forgotten half my life
I still remember this

Ses cuisses se sont échappés de moi
Comme des bancs de poissons affolés
Même si j’ai oublié la moitié de ma vie
Je me souviens de ceci

Now, as a man I won’t repeat
The things she said aloud
Except for this, my lips are sealed forever
And for now

Maintenant, parole d’homme, je ne répéterai pas
Ce qu’elle m’a dites à haute voix
Sauf pour cela, mes lèvres sont scellés à jamais
Et désormais

And soon there’s sand in every kiss
And soon the dawn is ready
And soon the night surrenders
To a daffodil machete

Et bientôt, du sable dans chaque baiser
Et bientôt l’aube est prête
Et bientôt la nuit se rend
À une machette de jonquille

I gave her something pretty
And I waited till she laughed
I wasn’t born a gypsy
To make a woman sad

Je lui ai donné le plus beau
Et j’ai attendu qu’elle rit
Je ne suis pas né gitan
Pour rendre triste une femme

The night of Santiago
And I was passing through
I took her to the river
As any man would do

La nuit de Santiago
Et je ne faisais que passer
Alors je l’ai portée à la rivière
Comme tout homme aurait fait

I didn’t fall in love of course
It’s never up to you
But she was walking back and forth
And I was passing through

Je ne suis pas tombé amoureux bien sûr,
Ça ne dépend jamais de soi
Mais elle allait et venait
Et je ne faisais que passer

When I took her to the river
In her virginal apparel
When I took her to the river
On that night of Santiago

Quand je l’ai portée à la rivière
Vêtu de sa seule nudité
Quand je l’ai portée à la rivière
Cette nuit de Santiago

And yes she lied about it all
Her children and her husband
You were born to judge the world
Forgive me but I wasn’t

Et oui elle a menti sur tout cela,v Ses enfants et son époux
Vous êtes nés pour juger le monde
Pardonnez-moi mais moi non

The night of Santiago
And I was passing through
I took her to the river
As any man would do

La nuit de Santiago
Et je ne faisais que passer
Alors je l’ai portée à la rivière
Comme tout homme aurait fait

arnaud maïsetti - 28 décembre 2019

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu