R. Desnos | « De la splendeur du jour »
11 novembre 2011



Robert Desnos,
Etat de veille, 1942


Demain
Agé de cent-mille ans, j’aurais encore la force
De t’attendre, o demain pressenti par l’espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,

Peut gémir : neuf est le matin, neuf est le soir.
 

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille
A maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.
Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.


Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets




par le milieu

_cheveux _désir demeuré désir _la mer, toujours recommencée _pages _Robert Desnos