La littérature théâtrale, entre le livre et la scène | B.-M. Koltès – la trace, la mort, la survie : écrire Quai Ouest
6 juillet 2013



Parution cet été 2013 d’un ouvrage collectif dirigé par Matthieu Mével, La littérature théâtrale, entre le livre et la scène, publié par L’Entretemps.

J’y propose un article sur l’écriture de Quai Ouest et sa forme publiée.



— Sur le site de l’éditeur

Présentation de l’ouvrage

Qu’est-ce qu’un texte de théâtre aujourd’hui ? Quelles sont ses spécificités, ses formes, ses fonctions ? S’agit-il simplement d’un texte écrit pour la scène ? Ou bien d’une partition de paroles prononcées (ou d’actes produits) par les acteurs ?Est-ce un texte que l’on met à l’épreuve de la scène pour l’interpréter ? Ou un matériau littéraire pour exalter le plateau ? La littérature théâtrale est-elle encore un genre ? Si oui, à quoi la reconnaît-on ? Que peut le texte pour l’événement scénique ? Comment rendre compte de la richesse des écritures scéniques contemporaines, dans un livre, quand le texte n’est plus forcément au centre, mais un matériau parmi d’autres dans l’agencement scénique ?Dans ce dialogue entre la littérature et la scène, nous nous réjouissons de ce qui surgit sur les scènes contemporaines. « On peut faire théâtre de tout » : la formule d’Antoine Vitez hante le théâtre contemporain, mais peut-on faire texte et livre de théâtre de tout ? Cet ouvrage cherche des réponses dans une forme collective. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’ouvrir ces questions à des pensées diverses : écrivains, dramaturges, metteurs en scène, enseignants. Le désir de ce livre hors-série est né avec le souci d’éclairer la collection « Matériau » qui accueille de nouvelles formes d’écritures théâtrales.


Sommaire

— Préface de Matthieu Mével
— Doutes, espoirs et désarroi de l’auteur dramatique de Joseph Danan
— Texte fort / Texte faible de Jean-Frédéric Chevallier et Matthieu Mével
— Le texte de Valère Novarina : « un théâtre de forces » de Isabelle Babin
— Les écrivains de plateau, en quelques mots de Bruno Tackels
— En sa qualité de seuil, il tremble et fait trembler ou le texte en scène vu depuis le Théâtre du Radeau d’Éric Vautrin
— Sunday clothes / Genèse d’un concert qui n’en est pas un, compagnie Les Endimanchés d’Alexis Forestier
— C’est du métathéâtre comme il était à espérer et à prévoir de Sophie Rieu
— Le texte comme soubassement de l’édifice théâtral de Jean-Pierre Han
— L’intime et le politique de Jean-Pierre Sarrazac
— Scénario littéraire, partition scénique ou programme dramatique :où va le texte théâtral ? de Sylvie Leleu-Merviel
— Le théâtre entre sanctuarisation de l’espace du livre et mutation de l’écrit de Franck Bauchard
— Pourquoi publier le théâtre aujourd’hui ? de Tatiana Burtin
— Du Traité des formes à Re : Walden : Jean-François Peyret, un théâtre de textes de Julie Valéro
— Un texte-question sur la scène un texte-proposition dans la salle de Jean-Frédéric Chevallier
— Textes-matériaux, approches, paradoxes et enjeux de Lydie Parisse
— Des écritures comme théâtre : les recherches de Claude Régy de Cyrielle Dodet
— Malaise dans la communication, d’Ionesco à Lagarce de Pierre Piret
— Koltès, écrire La trace, la mort, la survie : Quai Ouest de Arnaud Maïsetti
— Comme une lumière noire de Laurent Mauvignier


arnaud maïsetti - 6 juillet 2013

Licence Creative Commons





arnaud maïsetti | carnets